L'interview du jour : Bataille de géants pour l'éolien offshore

Publié le 07/03/2014

Partager sur

ENERGIES NOUVELLES
Bataille de géants pour l'éolien offshore
Le grand éolien offshore c'est parti, tout au moins en Europe et en Amérique.
Et les français EDF et GDF entendent bien s'y faire une place de choix
avec dans leur sillage respectif ALSTOM et AREVA.
Les tandems EDF-ALSTOM et GDF-AREVA se livrent depuis quelques temps une bataille de géants pour vendre des machines géantes sur un marché qui s'annonce géant dans les années qui viennent. En effet, l'éolien offshore est, semble-t-il un marché plein de promesses.
Parti au Dannemark puis en Allemagne, la Grande-Bretagne, la Belgique, le Portugal, la France et les USA entrent maintenant dans la danse. Et quelle danse : les marchés de ces éoliennes, dont la puissance unitaire est aujourd'hui de 6 à 8 mégawatt selon les constructeurs, sera de plusieurs centaines, voire plusieurs milliers dans les années qui viennent. EDF Energies Nouvelles, allié avec l'allemand WPD, et avec dans son sillage ALSTOM pour la fourniture des turbines et STX (ex chantiers navals de St Nazaire) pour la fourniture des « jackets » (ces pieds géants des éoliennes qui ressemblent à de gros derricks jaunes), vient de remporter un premier marché français de 3 « fermes » offshores (en tout plus de 200 éoliennes) qui seront au large de Fécamp, Courseulles-sur-Mer et St-Nazaire.
Notons que chaque ferme produit à peu près la même puissance électrique qu'une tranche nucléaire. On peut penser que ce succès a donné une grande confiance à ALSTOM, puisque le groupe vient de commencer la construction d'une usine géante de turbines à Montoir de Bretagne (image virtuelle cicontre). Un second appel d'offres pour une ferme au large du Tréport et une autre au large de l'ile de Noirmoutier est en cours. EDF et GDF y sont conccurents.
En tous cas, la région Pays de la Loire, qui vient d'organiser le premier colloque EMR (Energies Marines Renouvelables) à Nantes, a toutes les chances de retirer un grand profit en termes d'emplois, de la naissance de cette filière industrielle : depuis 10 ans, les responsables politiques de la région se battent pour attirer tous les acteurs des EMR et voila que ALSTOM y implante son usine de turbines, que AREVA réserve des terrains pour implanter lui aussi son usine dans la région de St Nazaire, et que STX est retenu par les 2 consortiums pour construire les jackets. A terme, ce sont 6 à 8 000 emplois directs qui devraient être créés dans la région selon ses dirigeants politiques.

Rappellons que l'éolien est l'une des seules énergies renouvelables qui donne directement de l'électricité sans polluer. L'éolien offshore (en mer) semble en outre offrir des rendements 10 à 20 % supérieurs à ceux de l'éolien dit onshore (terrestre). D'où l'engouement actuel des gouvernements ! Précisons que l'éolien offshore dont il est question dans cet article est celui qui est qualifié de posé (fixé sur le sol à 15/20 mètres sous l'eau).

DN


Photo ALSTOM -
80 éoliennes géantes de ce type devraient être installées au-delà
de l'estuaire de la Loire d'ici quelques années.
Le diamètre occupé par les pales sera de plus de 150 mètres.
Des dizaines d'autres projets aussi importants
voient actuellement le jour un peu partout dans le monde.
Sur cette vue en 3D, la taille des hommes donne une idée du gigantisme du futur atelier d'assemblage de turbines ALSTOM
à Montoir de Bretagne.
Notez la plateforme à l'arrière des turbines : un lieu pour
 la dépose hélicoptère des techniciens de maintenance
en cas de forte houle 100 mètres plus bas...
ALSTOM et AREVA : 2 technologies différentes de turbines

Les turbines ALSTOM sont à entrainement direct, c'est-à-dire qu'elles n'ont pas de multiplicateurs contrairement aux turbines proposées par AREVA. Bien sûr, les 2 constructeurs affirment l'un et l'autre que c'est leur technologie qui est la plus fiable.

Sur le plan de la puissance électrique, les alternateurs proposés par AREVA sont plus puissants que ceux proposés par ALSTOM (8 mégawatt au lieu de 6), ce qui premet de dire à AREVA que moins d'éoliennes seront à implanter pour une même puissance électrique (50 éoliennes au lieu de 80 par ferme dans le projet équipé en turbines ALSTOM).

Source : Cet article a été réalisé par Dominique Nocart, Rédacteur en Chef de la revue Eureka Flash Info.
Voir les articles archivés