L'interview du jour : La caméra super en vue

Publié le 09/02/2015

Partager sur

MC2 Technologies a imaginé une caméra ultra performante capable de voir à travers les murs et les vêtements. Explications avec son dirigeant, Nicolas Vellas.

SEPEM : Que permet de faire votre caméra MilliCam90 ?

N. V. : Ce dispositif d'imagerie portable permet de visualiser des objets ou des scènes à travers différents matériaux tels que les tissus, les plastiques, le bois, ainsi que des cloisons de plâtre... Il a pour objectif de sécuriser les check-point des aéroports, surveiller des lieux publics, protéger des personnes en milieu urbain (prise d'otages,...), de détecter des engins explosifs improvisés, d'inspecter des colis suspects....

L'objectif est d'éviter les fouilles qui prennent du temps (en moyenne trente secondes) et qui génèrent des confl its humains !

SEPEM : Sur quel principe votre caméra fonctionne-t-elle ?

N. V. : MilliCam90 fonctionne suivant le même principe qu'une caméra infra-rouge (IR) sauf que les ondes humaines mesurées sont de type hyperfréquence (centaine de giga hertz) et donc émises en quantité infinitésimale.

SEPEM : En quoi votre caméra est-elle innovante ?

N. V. : En partenariat avec la Direction générale de l'Armement, nous avons développé un capteur ultra sensible capable de mesurer les ondes hyperfréquences émises par les corps, d'en faire des images et de visualiser tous types d'objets métalliques ou non placés dans votre poche ou ailleurs.

Notre challenge sera de perfectionner et de commercialiser notre innovation dans les prochaines années.

SEPEM : Cette caméra de détection est-elle sans danger pour ceux qui la manipulent ?

N. V. : Contrairement à ses concurrentes, cette caméra de détection fonctionne sans aucune émission ni radiation. Elle est totalement sans danger. Elle capte les ondes au lieu de les envoyer.

SEPEM : Envisagez-vous la création d'emplois ? Quelle sera votre production d'ici cinq ans ?

N. V. : D'ici cinq ans, nous espérons fabriquer une ou deux caméras par jour et embaucher entre 60 à 90 personnes.

SEPEM : Par qui êtes-vous aujourd'hui soutenu ? Comment envisagez-vous votre financement ?

N. V. : Nous avons le soutien d'un partenaire industriel étranger. Il nous sera d'une aide précieuse pour produire notre caméra partout dans le monde : en Europe, Amérique du Nord et du Sud, en Chine, au Japon et nous l'espérons en Asie.

SEPEM : Quelle est votre clientèle?

N. V. : Nos marchés et nos clients sont variés : les aéroports, les centrales nucléaires, les prisons, les

centres de stockage des déchets nucléaires, les gouvernements ou encore tous les lieux publics.

SEPEM : Le prix de cet appareil sera-t-il cher ?

N. V. : Cela dépend de ce que vous appelez cher ! Notre produit n'aura pas le prix d'une caméra standard !

SEPEM : Avez-vous d'autres projets en cours ?

N. V. : La MilliCam90 a une forte probabilité d'être copiée dès sa mise sur le marché. Partant de ce principe, notre société doit poursuivre ses recherches en misant sur la miniaturisation ou la réduction de taille de nos caméras. Nous développons en outre une application pour les Smartphones dont il est aujourd'hui diffi cile d'en évoquer les contours.

Chiffes-clés :

> 850 000 euros de CA

En 2013, MC2 Technologies a réalisé 850 000 euros de CA. Dans quelques années, le CA pourrait être multiplié par 10.

> 2004, création

L'entreprise est née en 2004 sous l'impulsion de deux chercheurs de l'Institut d'électronique, de microélectronique et de nanotechnologie : Nicolas Vellas et Christophe Gaquière.

2,5 millions d'euros en R&D

MC2 Technologies prévoit de construire 1 à 2 caméras par jour d'ici 5 ans. Elle a dépensé plus de 2,5 millions d'euros en R&D depuis sa création.

Propos reccueillis du Dirigeant Nicolas Vellas, pour SEPEM Industries.

Voir les articles archivés