L'interview du jour : Renault Douai : Un nouvel Espace VIP !

Publié le 25/01/2015

Partager sur

Trois ans de travaux, 420 millions d'euros d'investissements : Renault a décidé de faire de Douai «LE» site où seront assemblés ses plus grands véhicules, l'usine du Haut de gamme. De profondes mutations humaines et industrielles permettent, aujourd'hui à l'Usine Georges Besse de retrouver son statut de « fleuron de l'industrie automobile française ». Franck Naro, Directeur du site revient pour nous sur les changements majeurs entrepris !

SV : Pourquoi avoir choisi le site de Douai pour le nouvel Espace ?

Franck Naro : Il s'agit d'une stratégie de plate-forme. Notre objectif est de renouveler le haut de gamme et on va faire cela sur une plate-forme commune modulaire CMF CD (Common Module Family). ) Une CMF est une famille de véhicules de l'Alliance Renault Nissan, appartenant à un ou plusieurs segments de la  gamme et qui permet l'assemblage de « Big Modules » compatibles entre eux : compartiment moteur, cockpit, sous-caisse avant, arrière, architecture électrique/électronique. Cette plate-forme servira également à d'autres modèles comme le successeur du Qashqai. La clé de la montée en gamme de l'Espace est cette plate-forme qui servira à plusieurs modèles de l'Alliance Renault-Nissan dont les volumes de fabrication cumulés seront de l'ordre du million d'unités par an. On optimise donc significativement les investissements (plusieurs centaines de millions d'euros), on mutualise les moyens, on massifie nos achats.

SV : En parlant d'investissements, pouvez-vous nous dire dans quoi ont été investis les 420 millions d'euros ?

Franck Naro : L'industrialisation de cette plate-forme destinée à sortir 5 véhicules différents pour Douai a mobilisé une grande partie de nos investissements. Nous avons mis en place une nouvelle presse d'emboutissage à chaud « dernière génération ». D'une longueur de 50 mètres, elle élève la température des pièces à plus de 850 °c. Cette technologie qui n'existait pas chez Renault va permettre, aujourd'hui de créer des pièces embouties à la fois plus rigides et plus légères. Autre nouveauté : l'emboutissage aluminium, car la caisse du nouvelle Espace sera composée d'acier et d'aluminium. Enfin, nous avons investi dans une presse à injection plastique de très grande capacité, qui permettra de mouler des pièces de grandes dimensions comme le haillon. Les matériaux « composite » permettent un allègement des voitures, plus de sécurité et des réductions de consommation. Le nouvel Espace pèsera 200 kg de moins que la génération précédente.

En tôlerie, toute la partie ferrage a été renouvelée pour plus d'ergonomie. Notre atelier peinture a également été modernisé. Nous avons installé une chambre à lumière pour la conformité colorimétrique, Ceci nous a été inspiré par Daimler dans le cadre de notre démarche qualité. Ce système permet de contrôler de façon très fine l'harmonie de la teinte entre les pièces de carrosserie en métal et en plastique.

SV : Côté montage, il y a eu de gros changements également ?

Franck Naro : En effet, nous sommes passés au monoflux (une seule ligne de production) organisée en un grand U avec la logistique au centre du U et au full-kitting. C'est un système dans lequel la logistique prépare en amont les kits de pièces qui sont à disposition en bord de ligne. Cette proximité permet à l'opérateur de se concentrer sur la qualité, avec moins de pénibilité. Aujourd'hui, nous avons également revu toute la manutention, mis en place une chaine à hauteur variable qui s'adapte désormais à l'opérateur.  

En ce qui concerne la finition, nous nous sommes inspirés de la gamme premium Nissan Infiniti en renforçant  les outils de validation et de contrôle. L'objectif ? Atteindre le Zéro défaut avec des tests plus exhaustifs avant la livraison au client final.

« Il fallait donner du sens dans cette mutation vers le haut de gamme »

SV : Une modernisation de l'équipement ne serait rien sans les hommes qui travaillent, de gros efforts ont été et sont faits dans le domaine de la formation. Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste par exemple la "formation passeport usine Haut de gamme" ?

Franck Naro : L'ensemble des salariés a bénéficié de 4 jours de formation avec une implication dans les nouveaux enjeux. L'objectif est de donner aux opérateurs une vision d'ensemble de la fabrication du véhicule grâce à des cours théoriques et pratiques avec des experts. Il fallait donner du sens dans cette mutation vers le haut de gamme. Le point le plus important : réussir à associer l'ensemble des salariés au projet collectif de montée en gamme.

Une étude sur les conditions de travail et leurs attentes concrètes a donc été menée auprès des  opérateurs. Conséquences : des améliorations dans le domaine de la propreté, l'ergonomie, la qualité des vêtements de travail, des éclairages,  le design des ateliers.

Suite à mes rencontres avec chacun d'entre eux, je constate que nous avons réussi à fédérer l'ensemble du personnel autour de ces nouveaux enjeux.

SV : Votre démarche qualité implique également des mutations chez vos fournisseurs ?

Franck Naro : En effet, nous avons le même souci d'exigence avec nos fournisseurs. Nous avons instauré un coaching spécifique : "Chaque membre du comité de direction de l'usine suit personnellement un des fournisseurs principaux ».

SV : Grâce à tous ces changements, Renault Douai va retrouver une croissance que nous lui avons connue il y a une dizaine d'années grâce au Scénic ?

Franck Naro : Quand on se projette, nous allons sortir à Douai 5 nouveaux modèles, nous sommes donc dans une séquence de démarrage intensive en moins de 2 ans. Nous avons un véritable challenge à relever. Avec ces nouveaux lancements : nous devrions réussir selon toute vraisemblance à doubler l'activité de 2013. En ce qui concerne notre politique d'emploi, nous allons faire revenir à Douai tous les opérateurs qui se trouvaient sur d'autres sites, nous allons cesser de recourir au chômage technique. Parallèlement, nous avons redémarré les embauches d'intérimaires. Nous avons tous confiance dans ces nouveaux lancements, le nouvel Espace devrait répondre aux attentes d'une clientèle qui cherche de l'innovation dans l'offre Haut de gamme. 

L'USINE DE DOUAI :

>> 4 167 salariés à fin octobre 2014 ; usine implantée sur 350 hectares

>> Production actuelle : Scénic et Grand Scénic ; Mégane Coupé - Cabriolet ; Scénic X-Mod ; Nouvel Espace

>> Production 2013 : Mégane III Coupé – Cabriolet : 3 245 ; Scénic III (dont X-Mod) : 112 182.

>> Plus de 9,8 millions de véhicules et 17 modèles différents produits depuis 1974 : Renault 5, Renault 14, Fuego, Renault 9, Renault 11, Renault 19, Renault 21, Mégane I, Scénic I, Scénic RX4, Mégane II, Scénic et Grand Scénic II, Mégane Coupé Cabriolet, Nouveau Scénic et Grand Scénic, Nouvelle Mégane Coupé-Cabriolet, Scénic X-Mod, Nouvel Espace.

Un peu d'Histoire...

1970 : construction de l'usine

1974 : production du 1er véhicule, une Renault 5

1975 : début de la production de la Renault 14

1982 : la Renault 9, fabriquée à Douai, est élue voiture de l'année

1988 : la Renault 19, fabriquée à Douai, est un symbole du Plan « Qualité totale » de l'entreprise

1993 : l'usine est baptisée Georges-Besse

1996 : lancement de Mégane I

1997 : Scénic, fabriqué à Douai, est élu voiture de l'année

2003 : Mégane II, fabriquée à Douai, est élue voiture de l'année

2004 : année record pour l'usine avec 469 510 véhicules produits

2014 : début de la production du Nouvel Espace

 

Interview réalisée pour le SEPEM Industries / Les BNI, par Stéphanie Vergez

Voir les articles archivés