L'interview du jour : Bilan du CES 2018 : les 7 tendances phares qui ont marqué cette édition

Publié le 26/01/2018

Partager sur

Il y a tout juste une semaine, s'achevait la 51ème édition du CES (Consumer Electronic Show), grand raout mondial de l'innovation. Avec plus de 180 000 visiteurs, 140 nationalités représentées, 3900 exposants et 900 startups, l'événement a été une nouvelle fois riche d'innovations technologiques dans tous les secteurs et pour tous les usages.

Entre IoT, robotique, IA, véhicules autonomes, smart home, santé, sécurité,... Que retenir de cette édition 2018 ? Pour nous, Niji (société de conseil, de design et de technologies au service de la transformation numérique), et son équipe d'experts présents sur place pour la 5ème année consécutive, dresse le panorama des grandes tendances qui ont marqué, selon eux, cette édition 2018.

Impression 3D en mort clinique, écrans toujours plus souples et plus fins, smartphones plus performants, bracelets de sports plus précis, drones plus nombreux et plus intelligents, appareils photos plus puissants, puces électroniques plus petites, ... au-delà de ces quelques constats d'entrée, Niji retient surtout 7 tendances émergentes qui ont marqué le salon cette année.

De l'objet connecté vers les plateformes intelligentes : un déplacement de valeur

De plus en plus d'objets intelligents donnant des conseils personnalisés dans tous les domaines (santé, maison, ...) apparaissent, mais encore trop souvent isolés ! De fait, une « guerre des hubs » émerge traduisant le fort enjeu d'agrégation de ces objets et de leurs données dans un seul écosystème pour une expérience utilisateur individualisée et fiable. La valeur se déplace du simple usage des objets aux services qui y sont associés et agrégés dans un écosystème.

L'Intelligence Artificielle pour tous et partout !

L'IA fait véritablement son entrée dans le quotidien de chacun : dans la maison, dans la cuisine, dans les assiettes, au supermarché, dans la rue, au téléphone, à l'hôpital, ... pour des usages allant de la sécurisation des foyers à la prévention de l'endormissement des chauffeurs routiers, en passant par la reconnaissance faciale, le shopping sans passage en caisse ou encore la détection et la prévention des maladies. Demain chaque consommateur sera assisté par des applications d'intelligence artificielle, embarquées dans divers objets et services, qui percevront, comprendront, apprendront, agiront et prédiront même nos besoins grâce à nos données. Toutes les expériences seront donc centrées autours de l'IA qui sera le vecteur de nouveaux usages.La démocratisation des appareils de santé

Les innovations en matière de santé sont passées du stade du tracking d'activité à des usages qui sont aujourd'hui quasi-médicaux. Le self-care s'inscrit ainsi comme une vraie tendance avec des objets permettant de prendre soin de soi chaque jour, davantage dans une dimension santé que simplement bien-être. On voit ainsi apparaître de nouveaux usages, jusque là cantonnés aux hôpitaux : muscler son périnée, réaliser une échographie de son bébé, connaître ses prédispositions génétiques, analyser son sang, détecter une grippe, ... Cette nouvelle accessibilité (re)donne du pouvoir aux consommateurs qui peuvent alors connaître, maitriser et individualiser à leur guise ces services jusque là inaccessibles pour eux

L'exploration de nouvelles interactions

Identification par empreinte digitale, par reconnaissance des veines et du pouls ou par selfie ; contrôle des objets par la voix, le regard ou par les gestes ; ressentir la musique via un fauteuil ; téléphoner avec son doigt ; ... les nouveaux modes d'interaction se mettent tant au service de la sécurité que des nouveaux usages. Nous entrons dans une phase exploratoire où beaucoup d'interactions émergent, mais seulement quelques-unes finiront par s'imposer. Ces nouvelles interfaces homme-machine permettront alors aux objets de se rapprocher de nos 5 sens et de notre biologie, rendant les interactions plus intuitive et surtout beaucoup plus personnelles.

L'odyssée de la voiture autonome : de la voiture connectée à la voiture écosystème

La voiture autonome aborde la dernière phase de son développement et s'approche de l'industrialisation. Grande star du salon, la voiture autonome était tant le fait d'innovations des grands constructeurs que des startups elles-mêmes. Objectif : proposer de nouvelles expériences de mobilité et rendre chaque jour la conduite autonome davantage accessible. Libérant le conducteur de ses obligations, cette autonomie déplace la valeur d'usage de la voiture qui passe d'un moyen de locomotion à une voiture écosystème de services : intégrés dans l'habitacle (contenus et expériences, services de santé, etc.) mais aussi intégrés à la Smart City (magasins ambulants autonomes, livraisons, etc.).

 Les nouvelles réalités sortent du jeu

Les réalités virtuelles et augmentées, toujours bien présentes au CES, quittent progressivement le seul univers du jeu pour proposer des usages sur des secteurs plus variés : la réalité virtuelle progresse en matière de connexion ou encore de sensation pour des expériences toujours plus réalistes et immersives. La réalité augmentée imprègne quant à elle chaque jour davantage les univers du travail, de la maison, de l'hôpital, de la voiture ou encore des événements. Augmentant et enrichissant le réel, elle s'imposera comme un mode d'interaction à part entière pour certaines applications.

Le réveil des robots

Quittant peu à peu leurs traits humanoïdes, les robots se recentrent par ailleurs sur des usages très précis : compagnon assistant, transport de marchandises, chaise roulante, livraison de fruits, ramassage de balles, ... devenant ainsi de plus en plus fonctionnels. Leurs applications se veulent plus que jamais multisectorielles allant de l'hôtellerie (livraison de repas, de journaux, transports de bagages, enregistrement, check out, ...), au retail (inventaire par drone), en passant par le transport logistique dans le secteur industriel (transport de marchandises lourdes, ...). L'homme sera bel et bien assisté par les robots et ce n'est plus de la science-fiction. 

Source : actu web / Publié le 24 janvier 2018 à 12h39 par Univers Freebox

Lire l'article original : Cliquer ICI...

 

Voir les articles