La métropole de Lyon veut attirer les industries du futur

Publié le 22/02/2018

Partager sur

L'an dernier, la métropole de Lyon est restée aussi attrayante pour les entreprises qu'en 2016. Elle fait état de plus de 100 implantations d'entreprises et d'environ 2160 créations d'emplois en trois ans. 

 

Quelque 103 entreprises se sont implantées sur le territoire de la métropole de Lyon en 2017. 103 entreprises qui dynamisent la métropole et la rendent attrayante pour les capitaux étrangers dans le contexte "business friendly" de la France, selon les termes de David Kimelfeld, président de la métropole de Lyon. 

"Ce qui caractérise Lyon, c'est son socle industriel", affirme-t-il. L'industrie génère 75 000 emplois répartis sur 2 900 sites. "Mais il faut le diversifier et l'accompagner dans la transition numérique", assure David Kimelfeld. 

Depuis avril 2017, la métropole développe le site de Vénissieux autour de l'entreprise Bosch. Onze hectares seront libérés et consacrés aux futures implantations d'industries innovantes. L'objectif : accueillir entre 10 et 15 entreprises de type start-up ou PME. Une offre appelée "la ruche industrielle" permettra d'accompagner les entreprises dans leurs installations mais aussi la transformation de celles qui n'auraient pas intégré l'industrie du futur dans leur stratégie. Une zone de démonstration, appelée "showroom", proposera les savoir-faire et les services de la région.

David Kimelfeld privilégie l'accueil d'entreprises liées à la cybersécurité, à l'ingénierie, à l'assuranse et à l'e-santé. "Il faut notamment créer un pôle de développement de la sécurité des réseaux urbains comme l'eau et l'électricité", explique-il.

Des entreprises à démarcher

Les 103 entreprises nouvellement implantées dans la métropole l'an dernier ont prévu de créer 2 160 emplois en trois ans. Chargé d'attirer les entreprises sur le territoire lyonnais, Jean-Charles Foddis, directeur exécutif de l'Agence pour le développement économique de la région de Lyon (Aderly), remarque une hausse de la taille moyenne de ces implantations, qui proviennent pour presque la moitié de pays étrangers (47).

"60% des implantations viennent d'une prospection active", explique Jean-Charles Foddis. Le directeur exécutif d'Aderly donne l'exemple de l'entreprise américaine Arthrex, spécialisée dans la conception et la commercialisation de dispositifs orthopédiques, qui a implanté l'an dernier son centre de décision et ses 90 employés dans la métropole. Elle a été invitée au congrès annuel d'orthopédie qui a lieu à Lyon. "Quand les responsables d'entreprises viennent au congrès, déjà 40 % du travail est fait. Ils viennent voir, on les oriente et on les accompagne tout au long de l'implantation, précise Jean-Charles Foddis. On essaye de les redistribuer vers les territoires périurbains, notamment dans l'est de Lyon."

Le président de la métropole de Lyon David Kimelfeld estime que ces implantations ont "beaucoup stimulé l'immobilier industriel et d'entreprise". Comme le directeur executif de l'Aderly, Jean-Charles Foddis, il vante la qualité de vie lyonnaise et la possibilité de concilier vie professionnelle et vie personnelle. 

Source : Aderly, rapport d'activité 2017

Actu web / Le quotidien des usines - L'Usine Nouvelle

Voir les articles