L'interview du jour : Les 15 plus gros investissements du premier semestre 2018

Publié le 07/09/2018

Partager sur

Depuis le début de l'année 2018, les montants des investissements annoncés sont particulièrement élevés en France. 300, 200, 150 millions d'euros... Retour sur les quinze plus grands projets promis par des industriels à travers l'Hexagone entre janvier et juin.

Daimler promet 500 millions d'euros à Hambach pour la Mercedes électrique

500 millions d'euros. C'est le montant que le groupe allemand Daimler a annoncé vouloir investir le 18 mai dans son usine française de Hambach (Moselle). Cet investissement aura pour vocation d'adapter le site à la production du premier modèle de marque Mercedes, aux côtés des Smart déjà fabriquées sur place. Il devrait s'agir d'un véhicule électrique compact.

Toyota investit 300 millions d'euros dans son usine de l'Onnaing

Toyota investit 300 millions d'euros sur son site d'Onnaing (Nord), spécialisé dans la production de la Yaris, pour moderniser son outil industriel et préparer le lancement d'un nouveau véhicule. 100 millions d'euros seront consacrés en plus à la formation. Le constructeur japonais compte embaucher 300 personnes d'ici 2019, puis 400 supplémentaires. Une annonce saluée par Emmanuel Macron, en déplacement sur le site industriel le 22 janvier.

300 millions d'euros d'investissements en quatre ans pour Kem One

Le fabriquant de produit vinyliques Kem One, basé à Lyon (Rhone) va investir 300 millions d'euros en quatre ans. Principalement à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) dans la création d'un terminal de stockage d'éthylène d'une capacité de 15 000 tonnes et la reconversion d'une électrolyse, équipée jusqu'à présent d'une membrane monopolaire. Les autres investissements concernent la modernisation des installations, notamment le changement des réacteurs de l'usine de Saint-Fons, près de Lyon.

EDF investit 250 millions d'euros dans le projet post-Fukushima à Chinon

EDF achève l'installation de générateurs de secours sur la centrale de Chinon (Indre-et-Loire) dotée de quatre réacteurs, rendus nécessaires après les préconisations de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) suite à la catastrophe de Fukushima (Japon) en mars 2011. L'investissement total des mesures post-Fukushima s'élève à 250 millions d'euros.

LSDH annonce un investissement de 250 millions d'euros dans ses usines

La Laiterie Saint Denis de l'Hotel - qui produit notamment le fameux lait "C'est qui le patron?!" - investit 250 millions d'euros sur trois ans pour adapter ses usines aux nouvelles tendances alimentaires. L'entreprise, basée à Saint-Denis de L'Hôtel près d'Orléans (Loiret), se concentre sur des gammes plus végétales. 260 créations d'emplois devraient découler de ces investissements.

ArcelorMittal et Veolia investissent 190 millions d'euro à Fos sur Mer

ArcelorMittal a choisi Veolia Industries Global Solutions pour externaliser le renouvellement et l'exploitation des quatre chaudières de son site de Fos sur Mer. Ils créent une coentreprise qui investira 190 millions d'euros sur trois ans. 105 salariés d'ArcelorMittal rejoignent Veolia.

Sur quatre chaudières du site, seulement une fonctionnait créant des émissions de CO2 importante. ArcelorMittal devait devait donc moderniser d'urgence ses installations. Et, comme c'est désormais le cas dans quasiment tous les autres sites du groupe, il a décidé de ne plus être exploitant de sa centrale thermique. Après un appel d'offres, il a choisi de s'adosser à Veolia Industries Global Solutions.

SNF, le spécialiste français du traitement de  l'eau investit 160 millions d'euros dans un nouveau site

SNF investit près de 160 millions d'euros dans un nouveau site industriel à Gravelines, près de Dunkerque (Nord). Démarrage du chantier prévu en 2019 pour une mise en service courant 2021. Investissement annoncé : 60 millions d'euros dans un premier temps puis, de 50 à 100 millions d'euros après l'ouverture des premiers ateliers. Près de 200 emplois devraient être créés sur place, à proximité du port de Dunkerque.

Athanor annonce 160 millions d'euros pour moderniser le site de l'usine d'incinération

L'usine d'incinération d'Athanor va être entièrement reconstruite à La Tronche, près de Grenoble (Isère). 138 millions d'euros vont être investis dans la nouvelle usine et 22 millions d'euros dans la modernisation du centre de tri attenant.

Une nouvelle station d'épuration pour le Val d'Oise en 2022

La première opération de la Banque Européenne d'Investissement (BEI) dans le domaine de l'eau en France dans le cadre du Plan Juncker va permettre de financer un projet de construction d'une station d'épuration évalué à 152 millions d'euros. Ce prêt remboursable sur 28 ans donnera lieu à une nouvelle unité de traitement des eaux usées sur le site même de l'actuelle usine d'épuration du syndicat. En service en 2022, le nouvel équipement sera en mesure de porter la capacité de traitement à 500 000 équivalents-habitants contre 300 000 pour l'actuelle installation.

Fresenius annonce 130 millions d'euros d'ici 2020

Fresenius, leader mondial des services et produits pour le traitement de l'insuffisance rénale, enchaîne les investissements à Savigny, près de L'Arbresle (Rhône). Après avoir réalisé plus de 120 millions d'euros d'investissements depuis 2014, sa filiale FMC (Fresenius Medical Care) Smad investit 130 millions supplémentaires d'ici 2020. Fresenius va ainsi augmenter de 25 % la production de filtre de dialyse. FMC Smad va également accroître la capacité de production de ces Bibag, sachets contenant du bicarbonate de sodium, utilisés également en dialyse. 150 personnes seront recrutées en plus d'ici fin 2019.

Knauf investit 110 millions d'euros en Moselle

Knauf a annoncé le 29 mai son projet de construire un site de fabrication de laine de roche à Illange (Moselle). Le groupe allemand va investir 110 millions d'euros via sa filiale Knauf Insulation et créer 120 emplois. La mise en service de l'usine est planifiée pour fin 2019. A termes, 110 000 tonnes de matière isolante conçue à partir de pierre de lave, devraient sortir chaque année de l'usine. Cette production est majoritairement destinée aux marchés allemand et français.

Un autre investissement à Fos-sur-Mer

Le contrat définitif actant l'implantation à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) de l'industriel chinois Quechen Silicon Chemical devra être signé avant le 30 avril 2018 pour la réalisation d'un investissement de 100 millions d'euros pour la production de silice pour "pneus verts". Le projet comprend la construction d'une unité de fabrication d'une capacité annuelle de 90 000 tonnes par an de silice HDS, des matières premières associées et d'un centre de recherche-développement appelés à générer 130 emplois.

100 millions d'euros sur quatre ans, promet Léa Nature

La holding familiale Léa Compagnie Biodiversité, qui comprend Léa Nature, annonce un programme ambitieux d'investissements dans ses outils industriels et logistiques. Alors que le montant de 40 millions d'euros pour les années 2017-18 avait été validé, il est augmenté de 60 millions d'euros jusqu'en 2020 avec à la clé la création de 500 emplois.

Elkem Silicones investit 100 millions d'euro sur ses sites de Roussillon et Saint-Fons

Elkem Silicones va investir 100 millions d'euros entre 2018 et 2020 à Roussillon (Isère) et Saint-Fons, près de Lyon (Rhône), en amont et en aval de la production de silicones. A Roussillon, la division du groupe norvégien éponyme va accroitre la production de siloxanes, issus de la transformation du silicium. L'usine de Saint-Fons sera elle orientée vers de "plus hautes spécialités", à la fois dans les gommes d'élastomère et dans les fluides.

90 millions chez GSK à Evreux

Le groupe pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline (GSK) a annoncé lundi 15 janvier un investissement de 90 millions d'euros sur son site d'Evreux (Eure) pour produire un médicament à inhaler sous "Ellipta", un dispositif d'administration issu de sa R&D. L'investissement va doter le site d'Evreux des équipements nécessaires au nouveau process de production pour assurer le mélange des poudres à inhaler, le remplissage et l'assemblage et enfin le conditionnement du médicament.

<< Et aussi: Un investissement "probable" de 200 millions d'euros pour l'usine Blue Paper de Strasbourg

Le groupe VPK Packaging, maison-mère belge du fabricant de carton ondulé Blue Paper à Strasbourg (Bas-Rhin), a annoncé qu'il va "probablement investir 200 millions d'euros dans son usine strasbourgeoise". L'investissement aiderait l'installation d'une nouvelle machine de production de 400 000 tonnes de cartons à destination du marché européen.

Source : Actu web / Quotidien des usines – www.usinenouvelle.com

Voir les articles