FOCUS METIER - L'avenir du nettoyage cryogénique en maintenance industrielle

Publié le 15/10/2020

Partager sur

Le Nettoyage Cryogénique (NC) se généralise sur tous les marchés depuis que le prix des équipements de mise en oeuvre est à la portée de la plus humble PME !

Nettoyer sans eau, ni solvant, ni déchet secondaire, ni abrasion, sans interrompre la production...personne n'osait même en rêver !

 

Le NC est une technologie de rupture, mais est-ce pour autant la panacée du responsable de maintenance ?

 

Produire, c'est générer des salissures. Les entreprises de transformation cherchent depuis toujours un procédé de nettoyage rapide, efficace, sans déchet secondaire et affectant le moins possible la production.

Tout comme l'Etat d'ailleurs, qui, suite au Covid-19, favorise (prêts bonifiés, subventions...) les entreprises souhaitant adopter des comportements environnementaux plus verts, plus vertueux. Et le NC est vertueux.

 

Jusque maintenant, les entreprises utilisaient deux médias de nettoyage :

     - l'eau (éventuellement sous pression), solution classique engendrant de la corrosion, et propice au développement microbien. Un temps de séchage impacte de plus les temps de production.

     - les solvants ou lessiviels. Le bilan environnemental des solvants n'est pas neutre : l'Europe envisage d'en interdire tout simplement l'utilisation.

 

Une alternative : le Nettoyage Cryogénique

     - le CO2 rejeté par les usines dans l'atmosphère est récupéré, comprimé 800 fois, râpé sous forme de  pellets (des "grains de riz" de CO2 de 6x3mm environ, à l'état solide),

     - ces pellets sont envoyés à très haute vitesse sur les surfaces à nettoyer.

     - Ils se transforment en gaz "à l'impact" et récupèrent le volume dont on les avait comprimés (en volume, notre grain de riz devient équivalent à une grosse tasse à café...); c'est la sublimation,

     - ces dizaines de milliers de pellets à (-79°C) refroidissent intensément et très rapidement la couche de salissure qui, se contractant différemment du support, va se craqueler; c'est dans ces craquelures  que le CO2 de la sublimation va pénétrer à très basse température et très haute vitesse, puis souffler la salissure qui tombe au sol par gravité, le CO2 rejoignant alors l'atmosphère.

 

Le NC est connu depuis 15 ans au moins, mais les prix des équipements et des consommables étaient très élevés et leur mise en oeuvre difficile du fait du poids des équipements, de leur consommation en consommables et du bruit généré...

Son utilisation est alors restée limitée à de rares applications.

Aujourd'hui on peut trouver des équipements d'excellente qualité, de moins de 5 000euros, faciles d'utilisation, pesant au maximum 30k et émettant moins de 90dB...

On nettoie tout, en toute épaisseur, sans abrasion, sans eau, sans solvant, sans déchet secondaire sur n'importe quel équipement de production (même en fonctionnement), les armoires électriques...à suivre !

 

Exemple d'application : LE NETTOYAGE CRYOGÉNIQUE https://www.youtube.com/watch?v=LG5DEB3eQsY

Voir les articles